DSC_0038

aucun rapport entre le titre et la photo,on est bien d'accord ? Mouais

Hello les bulots, I'm back !

J'avais besoin de faire une coupure franche car je n'avais pas la tête à la gaudriole. Pour tout vous dire, j'étais à peu près aussi drôle qu'un discours d'Alain Finkielkraut et gaie comme une veillée funèbre chez les mormons.

Si on raconte deci-delà que les blogs sont un peu le divan du web 2.0, je suis à peu près certaine que vous ne me suivriez pas longtemps sur le chemin de la dépression post-moderne qui m'habite depuis quelques temps. Montre moi ton côté sombre disait Axel, ouais ben déjà, c'est limite décent cette histoire mais surtout n'est pas clown triste qui veut.

Flashback au mois de juillet où je fêtais dans l'insouciance de la jeunesse, mes trente ans et des poussières. What else pour l'occasion que Pierre Augé, le bellâtre gastronome qui nous avait régalés de sa tête de veau et de son sourire tout méridional quelques mois plus tôt au pied des arènes de Béziers. Non, y'a pas de contrepèterie dans cette phrase même si, la vérité, j'aurais bien aimé. Émoustillées comme des ménagères en goguette à la première du World Stadium Tour d'André Rieu, Kat Von F et moi nous sommes concentrées sur la carte tandis que Rocco scrutait les cuisines pour tenter d'apercevoir Pierre. A moins que ce ne soit le contraire, je ne me souviens plus très bien.

A ce stade,on aurait pu me servir un oeuf mayo que j'aurai trouvé ça dément mais comme la fois précédente, nous avons frôlé l'orgasme culinaire à chacun des plats.

DSC_0004

le feuilleté de moules, ça commence fort

DSC_0003

la soupe d'asperges vertes et son pavé de foie gras

DSC_0013

le fameux boudin en bonbonnière, une tuerie

DSC_0015

le bar en croute de tapenade

DSC_0014

mon agneau destructuré

DSC_0033 DSC_0034

les petites douceurs

DSC_0028

Kat essaie de voler le couvercle de la bonbonnière en le planquant mal dans son soutif et en espérant secrètement se faire gauler pour avoir à faire la plonge aux côtés de Pierre. Han mais c'est hyper tordu comme plan Kat, shame on you !

DSC_0023

je fais bien la fille qui ne se doute pas un seul instant que Pierre va venir la saluer, hein ? Actor's Studio

DSC_0025

et en plus, il est drôle

DSC_0031

mon dessert d'anniversaire

DSC_0035

mon bisou d'anniversaire

DSC_0039

mon câlin d'anniversaire

Ah non, l'établissement ne propose toujours pas de chambre ? Pardon, un peu trop de gingembre dans mes sticks d'agneau sans doute. A la place, nous avons eu droit à une visite guidée et privée du resto jusqu'aux recoins de la chambre froide, y'a pas à dire, ces mecs du sud savent recevoir.

Bref, je l'ai déjà dit et répété mais si vous habitez dans un rayon de moins de 100 kilomètres autour de la Maison de Campagne, courez-y, la cuisine vaut le déplacement et pour toutes celles qui, comme moi, ont gouté au boudin de Pierre et n'en sont pas revenues, oh la la, je vais avoir des problèmes, je vous livre la vraie recette, simple, excellente, arrachée au prix de ma vertu mais le sacrifice est une seconde nature chez moi.

Bonbonnière de boudin noir aux deux pommes façon Pierre Augé

2 kg de boudin noir
1 kg de pommes de terre rattes
2 pommes golden
1 l de crème UHT
400g de beurre

Eplucher, tailler et cuire les pommes de terre environ 20 min, faire une purée avec le beurre et 80 dl de crème liquide. Salez, poivrez, puis gardez au chaud.
Eplucher et tailler les pommes Golden, faire compoter doucement.
Enleverla peau du boudin, faire chauffer la chair avec 20 dl  de crème. Mixer puis garder au chaud.
Laver les pluches des 2 pommes, les sécher dans du papier absorbant et les frire à 180°. Les dresser dans un cône en papier. Bon ça, c'est facultatif mais c'est sympa.
Montez en strates le boudin, la purée et la compote dans une bonbonnière.